Raid sur les iles Scilly – 2008

 

 

 LES PROTAGONISTES


 

 

Fredéric AUFORT et Laurent LAGRUE


L’histoire de 2 copains en quête d’aventures

L’IDEE

Un pari : Faire avec le bateau de monsieur tout le monde un périple digne d’un voilier de 15 mètres en presque totale autonomie et ne compter que sur notre matériel, notre jugement et notre expérience.

Notre objectif : Les iles scilly
Situation :  les  îles Scilly se trouve à environ 40 mn de la pointe sud ouest de l’Angleterre. Elle forment un archipel au débouché de la Manche, dans l’océan Atlantique, s’étendant sur 16,33 km².Le microclimat des îles permet de cultiver un jardin tropical  visible sur Tresco. Cinq îles de l’archipel sont habitées : 2 153 habitants ainsi répartis : St. Mary’s (1 666 hab.), Tresco (180 hab.), St. Martin’s (142 hab.), St. Agnes et Bryher (ces deux dernières îles se partageant 165 hab.) Le reste de l’archipel est constitué d’îlots inhabités.

Le Programme

 

Date Départ Destination Distance
08 Mai Cherbourg Plymouth 112 mn ( 209 Km)
09 Mai Plymouth Les Scilly 96 mn (178 Km )
10 Mai Les Scilly Plymouth 96 mn ( 178 Km)
11 Mai Plymouth Jersey 114 mn ( 212 Km)
12 Mai Jersey Cherbourg 60 mn ( 111 Km)
Total 478 mn ( 885 Km)

 

 

1 – L’ARRIVEE SUR CHERBOURG

 

Nous partons de la région parisienne le mercredi 8 mai vers 18H00, après 2h de route,nous faisons une petite pause du coté de Caen , nous arrivons sur Cherbourg à 22H45. A notre grande surprise aucun panneau de direction n’indique le port de plaisance.


DSC01750  Pose sur l’A13

 

Après avoir tourné un peu, nous demandons notre chemin, et quelques km plus loin, nous arrivons au port de plaisance de Chantereyne où nous mettons encore 20 mn à trouver la cale de mise à l’eau qui n’est indiquée nulle part !

Il est déjà plus de 23H00, il fait nuit, nous commençons à charger le matériel et à préparer le bateau pour sa mise à l’eau. Une fois le zodiac amarré le long de la cale, nous garons le 4×4 sur le parking et attachons la remorque au 4×4 avec une chaîne, en plus d’un dispositif antivol (les vols de remorques étant de plus en plus fréquents).
Retour dans le zodiac. Nous fonçons directement sur une place de ponton où nous nous installons pour la nuit : La tente s’installe correctement sur le bain de soleil, nous déplions les duvets et essayons de dormier un peu.


 

DSC01756

 Préparation du Pro open 650  

DSC01757

 Direction le Catway 

DSC01758

 Tentative pour essayer de  dormir


Malheureusement pour nous, le port de chantereyne est bordé par une longue avenue en ligne droite et des dizaines de motos font de grandes accélérations dans un vacarme fou, nous sommes à la veille d’un jour férié et quelques jeunes squattent bruyamment le parking remorque. A 4H30 du matin, nous ne dormons toujours pas, nous replions la tente et faisons un dernier point : La météo annonce du 3 à 4 Beaufort devant se renforcer dans l’après midi à 5 avec une houle d’environ 1 m50.
Cela est jouable Un petit déjeuné rapide et c’est le départ.


DSCN1801

C’est enfin le départ pour l’aventure


2- LA TRAVERSEE CHERBOURG – PLYMOUTH

 

Départ 06H00, il fait nuit, nous traversons la rade de Cherbourg. Fatigués, on se demande ce qu’on fait là ! Mais nous sommes déterminés et nous nous dirigeons vers Aurigny avec un petit clapot tranquille. Il fait frais mais nous sommes bien protégés avec vestes de quart, salopettes et bonnets.

A L’approche de la Hague, le clapot grossit et devient inconfortable. Passés la pointe de la Hague, nous sommes dans un gros clapot de 1m50 avec des vagues arrivant de tous les cotés, on se fait littéralement tabasser pendant environ 10Mn avec la nette impression d’être entré dans une machine à laver. D’un coup, le sondeur m’indique 262 mètres, nous nous arrêtons et constatons, après avoir éteint et rallumé l’appareil, qu’il indique toujours des profondeurs incohérentes. Un coup d’œil rapide à la sonde sur le tableau arrière suffit pour comprendre que son support n’a pas résisté à la violence des vagues et aux réceptions musclées. Heureusement nous nous sommes arrêtés à temps: la sonde n’a pas été arrachée, elle pend au bout de son faisceau. Un collier rislan et la sonde est attachée sur les câbles de direction, nous verrons si nous pouvons réparer sur Plymouth


  DSCN1814Le support de la sonde Humminbird s’est arraché sous la violences des vagues, réparation de fortune 

DSCN1815

Heureusement notre caisse à outils est bien fournie


Nous poursuivons notre route et assistons à un joli lever de soleil ,


DSCN1812

Levé de soleil au large d’AURIGNY


 

la mer devient moins hachée et nous reprenons notre vitesse de croisière à 25 nœuds. Plus de 45Mn plus tard, nous arrivons dans les rails de navigation et apercevons quelques gros cargos, nous les voyons de loin et n’avons pas de difficultés majeures pour les croiser car il naviguent seulement à 20 nœuds . Nous croisons quelques cochonneries de taille qui nous forcent à être encore plus attentifs


DSCN1820

Traversée du Rail de navigation des Casquets sans encombre

DSCN1831

Fût de 200 L à la dérive, nous devons redoubler de vigilance


A la sortie du rail, la mer se met à grossir et à moutonner, rapidement nous retrouvons une grosse houle arrière de 3 à 4 mètres, avec à l’intérieur , un petit clapot inconfortable.


DSCN1832

La Mer devient mauvaise

DSCN1823

Nous avons dépassé notre point de non retour


Nous nous trouvons à 50 Mn des cotes française et 60 Mn de Plymouth  : pas le choix il faut assurer. Il faut accélérer franchement pour monter les murs d’eau que nous rattrapons, pour la redescente de l’autre coté, on garde un peu de gaz pour que le bateau puisse aborder la vague prochaine de trois quart ou de face selon les vagues. 2 ou 3 fois mal négociées, nous nous faisons des frayeurs quand nous nous retrouvons dans la descente, parallèle à la houle, et que la coque se met à déraper. Heureusement que la réserve de puissance moteur nous permet en un coup de gaz de réaligner l’ensemble. Une énorme vague viendra même se fracasser sur la proue, arrachant le feu de navigation avant, que j’ai vu voler au dessus de ma tête.  Nous nous retournons quelquefois pour regarder le mur d’eau qui déferle derrière nous et on s’aperçoit qu’en bas de la vague, l’horizon disparaît entièrement, on ne voit plus rien que les vagues et le ciel, impressionnant !!! Ce n’est pas ce qui était prévu par la météo !!!!! ! Cela va durer pendant 40 Mn. 6Heures après notre départ nous apercevons enfin les cotes anglaises du coté de SALCOMBE, c’est un grand soulagement (depuis le rail nous n’avions croisé aucun autre navire),nous sommes rassurés, la mer s’est calmée, nous n’avons plus que 1 à 2 mètres de creux.
Nous en profitons pour faire une pause et pour transférer 20 litres d’un jerrican vers le réservoir (nous pouvons finir sans le complément mais je veux pas aller au fond du réservoir) .


DSCN1833

 Nous finissons tranquillement notre route et croisons un joli 3 mats en bois foncé avant l’arrivée à Plymouth.

DSCN1838


 

C’est enfin l’arrivée sur Plymouth, quel soulagement , nous découvrons l’entrée de la rade avec bonheur  nous sommes arrivés !!!


DSCN1846

DSCN1845


Nous nous dirigeons alors vers la Marina Queen anne’s battery  où nous faisons le plein (110 L) et prenons une place de port pour la nuit.


DSC01955


3 surprises :

  • Au Habour Office, la météo indiquée n’était pas celle qui était prévue au départ , nous avons traversé avec du force 6, ceci expliquait donc ces murs d’eau.
  • l’essence est à 2,04 € le litre.
  • la place port à 18 £ (environs 27 €), ça, ce n’était pas prévu non plus,

J’avais préparé ma navigation avec un litre à 1,80 € et une place au ponton à 9£, le budget va en prendre un coup !


DSC01790

Traversée avec du 6/7 beaufort établit alors que la météo annonçait du 4 Maxi


Nous sommes fatigués, il est 14H00, nous prenons notre premier repas sur le ponton (Un bon cassoulet au confit d’oie arrosé d’un bon Bordeaux), fiers d’avoir réussi notre traversée


DSCN1852

DSCN1850


Après le repas nous inspectons les dégâts  et nous nous mettons en quête d’un shipchandlers. Après quelques explorations, nous tombons sur une boutique ‘’YACTH PARTS PLYMOUTH ‘’  qui se mettra en quatre et retournera son magasin pour nous trouver une solution ( Une adresse vraiment a conseiller) : Il nous trouvera finalement un feu approchant que nous adapterons avec du chatterton  .Quant au support de sonde, il n’y a en a pas de disponible dans le coin, et de toute façon, il se trouve sous la ligne de flottaison et cela aurait été trop compliqué de le changer Du stock, accueil chaleureux, à conseiller


DSC01764

Support de la sonde Humminbird arraché

DSC01766

Feu de navigation avant arraché par une vague

DSC01769

Accueil pro et sympas, adresse à recommander

DSCN1855

Réparation de fortune au chaterton


Le reste de la journée est consacré à une petite sieste réparatrice et à la visite des abords de la marina où nous apercevons beaucoup de RIB avec de belles carènes .


DSC01777

DSC01767

Très belle coque anglaise, V profond et constant, construction robuste

DSC01792


De retour au bateau, nous entamons l’apéritif , le temps de se poser et de repenser à notre folle traversée.

DSC01781

Comme prévu Franck H nous appelle pour nous tenir informé en détail des tendances météo pour le lendemain : 2 à 4 Beaufort avec une petite houle de 0,5 à 1m, génial nous allons pouvoir continuer notre périple. La pluie s’invite à notre apéritif . Nous finissons tranquillement mais nous ne pourront diner au ponton, la pluie s’intensifie.  Nous prenons notre matériel et trouvons refuge sous une passerelle de la capitainerie, à l’abris de la pluie . Notre campement fait un peu clochard , mais tant pis, et surtout pas le choix. Nous nous installons et préparons notre potée Auvergnate sous le regard amusé de quelques passants.


DSC01791

DSC01795

Notre campement de fortune à l’abris de la pluie

DSC01800

Potée Auvergnate


Vaisselle et séchage des gamelles avec les moyens du bord .

DSC01801

DSC01802


 Nous partons en ville histoire de se balader lorsque nous tombons sous une pluie battante, le premier Pub que nous rencontrons fera l’affaire pour s’abriter et se sécher .
Avant de repartir nous nous sentons obligé de passer la serpillère, une grande marre s’étant formée sous notre table.

DSC01805


La pluie tombe toujours de plus belle, nous sommes fatigués, nous retournons au bateau où nous nous engouffrons sous la tente (montée avant l’apéritif), les vestes de quart à égoutter sur la console et sous le taud de console. Nous passons une superbe nuit, bercée par la pluie et sans aucun bruit à l’extérieur. Réveil programmé à 5H00.

3 – Plymouth – Les Scilly

Réveil à 5H00, on a du mal à émerger, il fait bon dans la tente. On met le nez dehors et, stupeur, nous baignons dans un épais brouillard Nous décidons d’attendre une heure pour voir ce que cela donne.


DSC01809

Au réveil un épais brouillard nous entoure


En attendant, direction les sanitaires pour une  douche chaude et pour essayer de faire sécher les vestes de quart qui sont complètement humides .Nous sortons des douches vers 6H45, le brouillard a l’air de s’être très légèrement levé .Arrivés devant la grille d’accès au ponton, le code ne fonctionne plus, et à cette heure personne à la capitainerie. Escalade des grilles, c’est un peu tendu, mais ça passe.


DSC01816


 

Nous nous concertons et décidons d’allez faire quelques milles en dehors de la rade pour voir ce que cela donne.

Nous replions et rangeons le matériel et c’est le départ vers 6h15  .


DSC01818

Egouttage de la tente et réintégration du matériel


Dans la rade, nous croisons plusieurs bâtiments de guerre et 2 sous marins dont un en route . Nous espérons qu’il n’y ait pas de manœuvre sur notre route ( cf Bugaled Breizh ) !!!


DSCN1856 sous marin


Sortie de la rade, la brume s’est levée, nous commençons notre route vers Sainte Mary’s

Il fait frais, il y a un peu de vent mais nous somme bien couverts .


DSCN1863


La mer est belle et nous espérons fortement que cela dure car le passage du cap Lizard nous chagrine un peu : ce passage étant réputé pour être dangereux et difficile, ce que confirme les cartes nautiques avec un grand nombre d’épaves signalées.  Les miles s’enchainent les uns après les autres, la mer est toujours aussi calme et le ciel toujours aussi couvert. 1 heure après notre départ, le Smart Craft m’indique un niveau d’huile moteur bas. Effectivement j’ai oublié de compléter le niveau à Plymouth

DSCN1868

Remplissage du réservoir d’huile pas très pratique sur le pro open 650


Une fois le plein fait ,nous reprenons notre route à 25 nœuds, notre vitesse de croisière. Nous passons devant Falmouth et ses gros cargos se dirigeant vers le port.

Le passage du cap lizard s’effectue sans encombre (Nous avons une petite pensée pour le Bugaled Breizh qui a sombré non loin de là en 2004, entrainant la disparition de 5 marins), de même pour la traversée vers les scilly (Mer belle et pas de vent ).

A environ 20Mn de notre objectif nous apercevons des gros cumulo-nimbus qui ne laissent présager rien de bon pour la journée.

DSCN1869

Formation nuageuse qui ne laisse rien présager de bon !


Nous arrivons aux Scilly devant l’ile de Sainte Mary’s sous un temps gris ,nous contournons l’île par l’ouest en espérant éviter les trombes d’eau. Nous arrivons enfin à Hugh Town .


DSCN1888

Approche de Sainte Mary

DSCN1892

Hugh Town


Nous accostons sur la jetée derrière un bateaux taxis , Fred reste dans le 650car si un autre taxis arrive on risque de se faire jeter. Je me dirige vers le Habour Office où le capitaine de port vient à ma rencontre. Accueil très chaleureux, une place au ponton flottant à 8£, ce n’est pas donné ! Surtout qu’il m’explique que les douches fonctionnent avec des pièces de 1 pounds.


DSCN0875

DSCN1897

Fred en attente dans le Pro Open 650 pour le pas gêner les bateaux Taxis


Il m’indique le lieu où nous allons pouvoir faire le plein d’essence et je m’y rends de suite après. C’est un petit magasin genre ship avec une pompe à essence à l’extérieur mais elle est située à 200 m de la digue. L’employé, très sympathique également, me demande de combien j’ai besoin. Je lui répond 100 L et il me dit ‘’OK’’, il peut venir jusqu’à la jetée avec une cuve qu’il ballade sur un Fenwick, mais il faudra que je repasse après 16H00 car il sont en plein ravitaillement de vivres et d’essence, aussi amenées par le gros cargos à quai.

DSC01839

Le cargo de ravitaillement et notre petit 650 sur le ponton flottant


Nous regagnons le zodiac pour aller s’amarrer sur notre ponton flottant, prendre un petit apéritif, histoire de se poser un peu et se restaurer. Quelques gouttes de pluie ne nous incitent pas à sortir le réchaud, pas grave, des sandwichs au foie gras devraient faire l’affaire .


DSCN1911

Petit moment de détente autour d’un verre avant d’attaquer le foie gras


Pendant ce temps, nous assistons au va et vient des différents bateaux taxis ,chouettes ces gros semi-rigides à cabines.


DSCN1903 semi rigide cabine 1 semi rigide cabine 2


Le repas terminé, je dépose Fred sur le quai, je retourne au ponton, je gonfle l’annexe et c’est parti pour un tour en souple sous le regard amusé des touristes.



Une fois l’annexe solidement arrimée,nous partons en balade dans les rues de Hugh Town . Nous avons abandonné l’idée de faire le tour des autres iles car nous n’avons plus de sondeur (Plein de roches affleurantes ne sont pas indiquées sur les cartes ). Nous traversons le centre ville où nous commençons à repérer les pub pour notre sortie du soir . Nous croisons quelques boutiques typiques


BOUTIQUE SCILLY


RUE SCILLY


PUB SCILLY


puis nous nous dirigeons vers le point culminant de l’île : ‘’Star Castle Rock ‘’ un magnifique petit château reconverti en hôtel.


 

 

scilly star castle hotel


scilly star castle 2 scilly star castle 3

SCILLY STAR CASTLE 4 SCILLY STAR CASTLE 5


L’extérieur du château est ouvert aux touristes , petite ballade à l’intérieur des fortifications montons jusqu’au sommet pour avoir une vision d’ensemble de l’archipel. Effectivement, l’archipel que nous découvrons à marée basse est assez vaste et mal pavé. Sur le point le plus haut de Castel Rock flotte au vent l’union Jack, qui nous rappel bien que nous sommes en terre Britannique .


SCILLY UNION JACK


Nous apercevons également le port où le Pro Open 650 paraît vraiment tout petit .


scilly hugh town

Belle vue du petit port de Hugh Town


Nous avons pas mal marché et nous sommes un peu fatigués.Il nous reste un peu de temps avant d’aller faire le plein, alors : direction le Pub le ‘’ Mermaid ‘’ situé non loin du port où nous dégustons une bière locale assez bonne . Le plafond du bar est tapissé de fanions et de drapeaux, tous en relation avec le rugby ,

scilly pub mermaid 2

scilly pub mermaid 1

Le Mermaid une escale incontournable et connue de tous les marins


contrairement au Pub de Plymouth qui lui, soutenait une équipe de foot. Pour une fin d’après midi, il n’y a pas grand monde mais quelques locaux font l’ambiance. Notre niveau d’anglais ne nous permet de saisir que quelques bribes de leurs plaisanteries. Il est 16H00 il est temps de regagné le zod pour aller faire de l’essence. Fred reste sur terre pendant que je vais rechercher le bateau avec notre annexe

Nous remettons 100L et nous nous baladons un peu dans le port pour mitrailler les semi-rigides au mouillage, beaucoup de RIB mais aussi 2 zodiac Pro Open 550 et 1 pro Open 650, je suis rassuré les anglais ont du goût en matière de semi-rigide. Nous croisons aussi un bateau assez insolite, une ambulance flottante, sûrement très pratique dans ce coin reculé.


scilly bateau ambulanceAssez insolite tout de même !


Nous sommes interpellés par un plaisancier à bord d’un scorpion de 9m, équipé de 2 X 250 verado , une bête . Très rapidement la conversation s’engage grâce à l’immatriculation de notre bateau ‘’ Saint Brieuc’’ où cet anglais s’était rendu plusieurs fois en vacances. Il nous interroge et nous lui racontons notre périple qui l’impressionne fortement, à tel point qu’il nous témoigne toute son admiration et nous propose sont hospitalité.


scilly scorpio


Nous sommes très touchés et le remercions vivement mais nous avons tous ce qu’il nous faut, l’aventure c’est l’aventure !

Il part avec un large sourire en nous saluant longuement, purement génial ! Nous regagnons le ponton flottant, et comme la veille, il commence à bruiner, ce n’est pas génial car nous sommes toujours humide de la veille.


scilly zodiac pro open 650 tente


Une fois notre bivouac près, nous entamons notre petit apéritif en espérant que le crachin passe.

Comme tous les soirs, Franck nous contact pour nous confirmer le météo du lendemain.Elle  devrait être comme la veille.

La bruine se transforme en petite pluie. Nous ne pourrons,une nouvelle foi, manger sur le ponton. Nous reprenons notre annexe et chargeons notre cantine. Nous nous dirigeons à la rame vers le quai, ou à cette heure, il n’y a plus grand monde. L’annexe manque de gonflage et à 2 dedans, elle prend l’eau ! Nous ne sommes plus humides mais un peu mouillés. Un petit regard sur notre campement, c’est vrai que le zodiac Pro Open 650 a de la gueule !


scilly zodiac pro open 650

Notre campement vu du  quai


Nous élisons domicile entre les sanitaires et l’espace d’attente pour les bateaux taxis. L’endroit est bien abrité et en plus, il y a une table, ROYAL ! Ce soir, c’est terrine de sanglier, saucissons et tartiflette. Ce n’est pas ce qu’il y a de plus léger mais on a vraiment besoin de manger chaud et consistant .


scilly cuisine 1scilly cuisine 2


Notre repas terminé, nous regonflons l’annexe  pour regagner le bateau afin d’y ranger le matériel, prendre les affaires de douche et faire le tour des pubs.

scilly annexe 2

Complément de gonflage de l’annexe par notre spécialiste, le célèbreFrédéric AUFORT 🙂


Après quelques coups de pagaies, l’annexe prend l’eau, nous pagayons frénétiquement jusqu’au ponton.Trop tard, nous sommes trempés, le fond de l’annexe, qui n’est plus toute jeune, n’a visiblement pas supporté le poids de 2 adultes sveltes  🙂 , le fond est déchiré sur 4 cm.


scilly annexe 3


Bon, la soirée est compromise, nos jeans sont complètement trempés et nous ne pouvons plus retourner à terre car il faudrait démonter la tente, et comme nous n’avons pas envie de la remonter sous la pluie.

La soirée se passera dans le 650, Youpi ! 🙁

Heureusement, chaque vendredi soir a lieu des courses de gigs qui viendront agrémenter notre soirée. Tantôt armé d’équipages masculins et tantôt armé d’équipages féminins, leur vitesse est impressionnante compte tenu du poids et de la taille des embarcations .


scilly gigs

DSCN0885http://Video courses de gigs


Nous nous couchons à 21H30, le temps de remplir le journal de bord et de discuter un peu. Nous nous endormons rapidement, réveil prévu à 5H00 . A 2H30 Fred me réveille, il y a beaucoup de vent, une pluie battante et de la houle entre dans le port, il a peur que la tente ne se décroche. J’analyse, c’est moi qui est bricolé la 3 secondes et je suis à peu près sur quelle tiendra, il faudrait une tempête pour que les crochets ne s’enlèvent de la bande ragage ! Toutefois nous sortons sur le ponton pour une petite inspection , tout est ok .


DSCN0902

Inspection des installations à 2H30 , dans le noir au milieu du port sur notre ponton flottant


Nous nous rendormons malgré les vagues qui ballottent le bateau dans tous les sens.

5H00, le réveil est assez difficile avec cette nuit un peu mouvementée et je suis assez surpris d’avoir réussi à me rendormir malgrés les vagues et la pluie battante, elles nous ont finalement bercées.


scilly zodiac repliage tenteNous replions le matériel  et allons faire un petit tour aux sanitaires, histoire de se débarbouiller un peu.


Je n’ai plus de jean sec, je naviguerais juste en salopette. Avant de reprendre le bateau une dernière petite photo du jour en train de se lever sur les scilly , tout est calme, personne, le vent est tombé.


scilly levez de soleil


4 – Retour vers Plymouth

Nous prenons la mer vers 7H30 et quittons Hugh Town quand ,sur le canal 16, nous entendons ‘’ Saint Brieuc, Saint Brieuc, do you Heard me ? C’était le gentil propriétaire du scorpion qui guettait notre départ et qui nous souhaitait un bon voyage en espérant nous revoir un jour en France ou aux scilly. Nous sommes très touchés et lui souhaitons également plein de bonnes choses. La mer est tranquille et le temps est toujours couvert, nous sommes à 25 nœuds, notre vitesse de croisière, et nous parcourons un peu moins de 20Mn lorsque le brouillard s’abat d’un coup, ça ce n’est pas bon . On s’arrête 2 minutes le temps de réfléchir, de sortir la corne de brume, et nous décidons de continuer.


ZODIAC PRO OPEN SCILLY PLYMOUTH


Le brouillard est très épais par moment, la mer est ridée et nous naviguons entre 10 et 15 nœuds tellement nous ne voyons rien, et ceci pendant 5Mn. Aussi vite qu’il est venu le brouillard semble se dissiper et un magnifique soleil apparaît, nous crions victoire

Nous parcourons encore 1mn et nous avions crié victoire un peu trop vite car nous apercevons un nouveau banc de brune. Le brouillard nous tiendra pendant 50 Mn, avec des passages où la visibilité était de 100 mètres à 500 mètres maxi. Nous faisons route prudemment mais nous sommes surpris par un gros chalutier qui est apparut d’un coups, semblant sorti de nulle part, tel un bateau fantôme .


DSC01892


Nous redoublons de prudence. Quant aux conditions de mer, elles se dégradent, normal, nous approchons du cap Lizard. Nous passons par du clapot entre 1 et 2 mètres avec parfois de la houle, mais juste par moments. La mer n’arrête pas de changer, nous n’arrêtons pas de jouer avec la trim et la vitesse pour essayer de trouver le passage des vagues le plus confortable possible, tout en essayant de conserver le meilleur ratio pour la consommation.
Nous subissons un tabassage en règle pendant 30 mn, c’est éprouvant, surtout dans le brouillard, à tel point que le feu de mat arrière n’y résiste pas : son support a rendu l’âme.

Nous sortons l’hélice de l’eau des dizaines de fois avec quelques réception musclées, heureusement cela n’impressionne pas le 650 qui en a vu d’autres. Il est un peu plus de 12H00, on en a marre, nous sommes toujours humides, nous avons fait les ¾ du chemin, nous nous accordons un petit apéro léger et symbolique entre Falmouth et Plymouth.


DSC01899


DSC01900


A 10mn de notre point de chute, le brouillard s’est complètement levé et c’est un magnifique soleil qui apparaît. Cela nous met un peu de baume au cœur, nous allons pouvoir sécher. L’arrivée sur Plymouth est complètement différente de la première fois, nous croisons de nombreux voiliers et bateaux à moteurs (nous le saurons après, mais c’était les préparatifs de la transat Artémis).


DSC01903

DSC01908


Nous reprenons des photos du paysage, qui sera certainement mit plus en valeur cette fois ci    Nous croisons même un énorme bâtiment de guerre battant pavillon allemand, hautement symbolique quant au rapprochement des nations !


DSC01920


Nous décidons de retourner à la marina de Queen Anne’ Battery, les sanitaires sont propres et spacieux et nous rêvons d’une bonne douche. Nous nous approvisionnons en essence (89 L) et nous dirigeons vers la capitainerie pour retirer notre place de port. Il fait beau, c’est génial ! Nous quittons les salopettes et j’enfile un short, nous mettons à sécher nos vêtements et serviettes de bain.


DSC01930


Comme la 1ère fois nous allons voir si le shipchandler peut nous dépanner, mais il n’a rien de comparable. Tant pis on répare avec les moyens du bord. Heureusement, pour cette expédition, j’avais préparé une petite caisse à outil bien remplie, avec des cosses et une pince à sertir. Le feu de mat sera relié directement sans son support, et le tout sera protégé avec du chatterton.


DSC01942

DSC01944


Nous avons absolument besoin de ce feu si nous voulons appareiller de bonne heure demain matin. Après une petite ballade dans la rade, nous laissons le bateau au ponton  pour nous installer à une terrasse de café ou nous dégustons un cidre irlandais bien frais qui se révélera très bon.

DSC01961


Sur le parking, une petite voiture attire notre attention, en faisant le tour je m’aperçois quelle n’a pas d’attelage, pas intéressant pour tracter le Pro Open .

DSC01956


Petite inspection du RIB installé a côté du pro open, console montée a l’avant, banquette jockey en ligne, le tout propulsé par un 225 Suzuki 4 temps, joli bête .


DSC01954

DSC01949


Nous enchainons par une petite ballade en ville, là ou la fête pour le départ de la Transat Artémis  bat son Plein , et surprise, il y a énormément de stands Français qui proposent des spécialités de chez nous, cassoulet, tartiflette, saucissons, etc. … nous sourions, car de ce coté, nous sommes bien équipé. Plein de monde, la bière coule à flot et les jeunes anglaises sont déjà bien attaquées, assez surprenant !


DSC01968

DSC01969

DSC01965

DSC01966

DSC01972


De retour au ponton nous attaquons l’apéritif , nous avions préalablement mis le coca et l’eau au frais , c’est notre dernière soirée outre manche.

DSC01974

Pas de réfrigérateur, on se débrouille pour tenir les boissons au frais


Nous en profitons pour faire le point météo avec Franck, la traversée nous tracasse un peu, on se demande ce qu’on va trouver au milieu. Franck tente de nous rassurer, aucun coup de vent annoncé, juste du 2 à 4 beaufort pouvant virer à 5 dans l’après midi dans la zone de Ouessant /Casquets vent NE avec houle de 0,5 a 1 m avec banc de brume (Pas top pour traverser les rails de navigation),c’est à peu près la même prévision météo que celle annoncée pour le départ. Il nous informe aussi que le vent devrait forcir lundi sur les cotes françaises.

DSC01977Dernier moment de détente en terre Anglaise


Nous réfléchissons et décidons de zapper Jersey pour le retour, nous n’avons pas envie d’affronter le raz Blanchard dans de mauvaises conditions. La soirée se passe tranquillement, au lit de bonheur après avoir rempli le journal de bord. Réveil prévu à 5H00, nous ne devons pas partir tard pour ne pas avoir un vent contre courant dans les Casquets.

5 – Traversée retour vers Cherbourg

Le réveil sonne à 5H00, nous avons du mal à émerger, la nuit a été douce et bonne. Nous replions la tente et réintégrons le matériel. Départ à 6H00, nous ferons un point météo avec Franck vers 7H00. Il fait frisquet à cette heure matinale, le jour pointe le bout de son nez,


DSC01980


la mer est calme et nous continuons jusqu’au large de Salcombe ou un groupe de dauphins viendra égayer ce début de mâtiné, nous les suivront pendant une petite demi heure . Ils sont plus gros et plus foncés que ceux que je rencontre habituellement en Bretagne.


DSC02003

DSC01998


Nous en profitons pour faire un point météo avec Franck, qui nous confirme la prévision de veille, mais sans banc de brouillard, ça c’est la bonne nouvelle de la journée. Nous poursuivons notre route et sommes tout de même un peu inquiets sur ce que nous allons trouver au milieu. Plus le temps passe et plus nous avançons, plus la mer est calme, il n’ y a toujours pas de vent .


DSC02031Soleil et mer ridée pour notre retour



Nous arrivons dans le rail montant, où cette fois-ci, c’est une vraie autoroute, nous apercevons plus d’une dizaine de cargos, chimiquier, porte-contenaires  les un derrière les autres, espacés d’un ½ milles.


DSC02038


Nous traversons le rail montant sans encombre, et il en sera de même pour le rail descendant, tout aussi chargé. La mer est toujours aussi calme et la traversée devient un peu monotone à 25noeuds, d’autant que comme à l’aller, nous ne croisons aucun autre bateau, même pas de chalutier.

Nous commençons à croiser quelques bateaux de plaisance. Retour à la cale de mise à l’eau du port de Chantereyne, où nous sortons le bateau de l’eau rapidement. Il n’y a pas grand monde sur la cale. La traversée s’est bien passée, le 4×4 est toujours là ainsi que la remorque, nous sommes soulagés. Nous rencontrons quelques Pneuboat, avec qui nous échangeons, le temps de préparer le bateau pour la route.
Nous sortons une dernière fois notre réchaud pour manger nos dernières rations .IL est 14H00 et il nous reste 4heures de route pour rejoindre la région parisienne.

Bateaux sur la remorque prêt pour le retour en région Parisienne


DSC02047


C’est fait, nous l’avons fait, pari réussi !!!

 

6 – Les chiffres

 

Parcours Distance parcourue en Mn Temps de parcours Consommation

Essence en L

Consommation

Huile el L

Vitesse Moyenne en nœuds
Cherbourg Plymouth 112,9 6H50 120,00 2,1 19,40
Plymouth

Les Scilly

96,96 4H30 89,00 1,80 21,53
Les Scilly Plymouth 100,01 6H00 92,00 1,7 16,10
Plymouth

Cherbourg

112,00 5H35 101,00 1,90 24,67
TOTAL 421,87 22H15 402 7,5 20,42
  Conso moyenne

0,95 L /Mn

 

Conso moyenne

0,017 L /Mn

 

7 – LE BATEAU

Zodiac Pro Open 650 + 175 Optimax , un ensemble conçu pour le raid. Une carène avec un Vé prononcé lui permettant d’affronter de grosses conditions de mer. Cette carène durant ces 421 Mn ne nous a jamais pris en défaut. D’énormes rangements permettent de libérer entièrement le pont, un bain de soleil suffisamment grand pour y faire dormir 2 adultes de façon assez confortable.

L’aménagement

equipement zodiac pro open 650

 

Equipement

Navigation

1 VHF fixe Navman 7100 ASN

1 VHF Portable IPX7 Navicom RT 350

1 Lecteur de carte Lowrance 5300 IGPS + Cartographie

1 GPS Magellan Méridian Marine

2 Cartes SHOM ( 7311 Manche Ouest + 6745 les Scilly)

1 bloc Marine 2008 Français + Bloc Marine Anglais 2008

Sécurité

Matériel de sécurité obligatoire prévu dans la lettre de pavillon Belge + matériel prévu à la D224

Fusées Parachute + Fumigène

2 jeux de feux à main

Gilets Auto gonflants Plastimo

Radeau de survie

Réflecteur radar

Equipement de Protection individuel

Veste de Quart et salopette

Masque et cagoule de protection

Casquette et bonnet

Lunette de soleil

Longes de sécurité avec mousqueton inox à ouverture rapide

Gilet de sauvetage Plastimo avec Harnais

Pharmacie

1 lecteur Multiparamétrique (pouls et tension).

1 Insufflateur manuel type ambu

2 Canules de Guédel

1 lot de compresses stériles

1 lot de 5 américains

1 paquet de stéri strip

1 paire de ciseaux

1 Garreau

1 thermomètre

1 couverture de survie

5 flacons de chlorure de sodium

1 tube de biafine

5 petits flacons de Bétadine

1 boite de doliprane

Smecta

Bandes Velpeau 5/10

Couchage

Bain de soleil avant sur lequel à été adapté une tente Décathlon 3s

Sacs de couchage Décathlon

Repas

1 réchaud Bright Spark BS100 en valisette

2 Assiettes inox et 2 timbales inox Décathlon

1 Casserole fait tout

4 Bombes de gaz

Carburant

1 Réservoir fixe de 120L

1 bidon de 20 L

3 Bidons de 10 L

Soit un total de 170 l donnant une autonomie de 130 mn (242 km) avec marge de sécurité de 40% (Valeur donnée pour une consommation moyenne de 0,5L / Km pour une vitesse moyenne de 25 Nœuds



REMERCIEMENTS

Un très grand merci aux sponsors qui ont cru en cette aventure un peu folle et sans qui nous n’aurions pu partir au vu du budget assez élevé d’un tel Raid.

Merci a :


 

Crédit photos : Frédéric AUFORT / Laurent LAGRUE

Texte : Laurent LAGRUE